Lectures

Ne tombe jamais

couv24390138

Auteur: Patricia McCormick
Éditeur: Gallimard jeunesse
Collection: Scripto
222 pages
10,90 euros
roman dès 15 ans

La quatrième de couverture:

Cambodge, avril 1975. Quand les soldats arrivent à Battambang, sa ville natale, Arn n’est qu’un gamin de 11 ans qui danse au son d’Elvis Presley et vend des glaces avec son frère. Arrivés au pouvoir, les Khmers rouges envoient tous les habitants du village en longues marches forcées vers des camps de travail. Séparé de sa famille, Arn travaille dans les rizières sous une chaleur accablante et rongé par la faim. Autour de lui, des enfants meurent d’épuisement, des ouvriers sont assassinés sauvagement… Mais Arn n’est qu’au début d’un cauchemar qu’il ne peut soupçonner. Très tôt, il se fait cette promesse à lui-même : « Ne tombe jamais. »

Cette histoire aussi incroyable qu’effroyable est pourtant bien réelle.

Mon avis:

Attention, même si ce livre est publié dans la collection Scripto et que le style reste plutôt jeunesse ce n’est certainement pas un ouvrage entre toutes les mains. Il évoque un sujet très difficile sans omettre de détails.

J’avoue avoir été très attirée par la quatrième de couverture de ce roman choc. Nous n’avons pas pu visiter le Cambodge lors de notre passage en Asie en début d’année et c’est un pays dont nous avons entendu énormément de bien mais dont je connais peu l’histoire. Le génocide des Khmers j’en ai bien sûr entendu un peu parler mais sans savoir réellement de quoi il retournait. Ce livre n’est bien sûr pas là pour nous faire un compte rendu historique de cette période mais de partager l’histoire d’Arn Chorn-Pond et de nous sensibiliser sur le sujet.

Le livre de Patricia McCormick est la retranscription romancée du témoignage d’Arn à propos de sa vie lors du génocide. En avril 1975 les Khmers rouges soulèvent le pouvoir en place au Cambodge à la suite d’un guerre civile et mettent en place un régime communiste maoïste totalitaire qui a pour but d’abolir les classes et de se détacher de toutes formes d’influences de l’occident, principalement des régimes capitalistes. Ce régime sera extrêmement violent, créera un cadre autarcique et les Khmers rouges n’hésiteront pas à éliminer tout opposant au régime ou les citoyens ayant pu faire partie d’une élite sociale.

Arn n’a que onze ans lorsqu’il est confronté aux Khmers rouges, à l’évacuation des villes et au travail forcé. Sa lutte pour la survie en compagnie de millions d’autres Cambodgiens durera près de quatre ans. Grâce à son audace et à la peur qui le ronge, il apprendra la musique et principalement à jouer du khim, ce qui lui permettra de survivre en jouant des airs traditionnels pour les différents camps de Khmers rouges.

Même si j’ai lu ce livre il y a quelques semaines maintenant, me replonger dans cette histoire me rempli d’émotions. Le récit à la première personne composé de phrases très courtes est très percutant et nous plonge dans la peur qu’a pu ressentir Arn. Les tournures de phrases sont souvent les même et on trouve de nombreuses répétitions qui ne sont pas un défaut d’écriture mais là pour renforcer le sentiment d’obsession. Patricia McCormick à essayer de retranscrire au mieux la façon de s’exprimer d’Arn Chorn-Pond lorsqu’il lui racontait son histoire et c’est plus que bouleversant. On est là dans un roman de survit, le jeune Cambodgien en se remémorant ses souvenirs ne cherche pas à enjoliver l’histoire mais se replonge juste dans ses difficiles souvenirs. Il est compliqué de s’attacher à Arn malgré les horreurs qu’il a vécu car celui ci a du mal à comprendre les actes qu’il a pu commettre parfois. Ce sentiment vient de la propre opinion qu’a le narrateur de lui même mais il semble à ce jour plus apaisé et son engagement auprès de nombreuses associations lui a sans doute permis de ne plus survivre mais de commencer à vivre.

Je vous conseille cette lecture si vous pouvez la supporter et surtout de vous renseigner un peu sur cette période de l’histoire pas si éloignée et qui a fait tout de même plus d’un million de victimes au Cambodge.

Ne tombe jamais sur:  BabelioLivraddict  – Goodreads

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ne tombe jamais »

  1. Je suis toujours très attirée par les témoignages même un peu romancés. J’ai lu dernièrement « Et tu n’es pas revenu » sur les déportations de la seconde guerre mondiale et j’ai été extrêmement touchée. Ce sont des livres vers lesquels je me tourne aisément malgré leur dureté. Je ne connaissais cependant pas assez cette partie de l’Histoire avec les Khmers rouges pour un jour m’arrêter sur le livre alors je te remercie pour cette découverte.
    A très vite.
    Coline Nelson.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s