Lectures

Le jour où je suis partie

9782081405783

Auteur: Charlotte Bousquet
Éditeur: Flammarion Jeunesse
Collection: Tribal
186 pages
13 euros
roman dès 13 ans

La quatrième de couverture:

« C’est là-bas que je dois aller. À Rabat. Pour fuir ce mariage dont je ne veux pas. Pour rejoindre ces femmes, et marcher à leurs côtés en mémoire de mon amie. »
Tidir rêve de liberté. Courageuse et déterminée, elle quitte son petit village près de Marrakech pour participer à la marche des femmes à Rabat. Au cours de son périple, la jeune femme doit faire face au mépris des gens et apprend à assumer son statut de femme libre.

Mon avis:

Après le suicide de sa meilleure amie, Tidir quitte sa famille et sa terre natale du Souss pour ne pas subir le même destin et avoir la possibilité de revendiquer ses droits.

Après avoir lu Sang-de-Lune, je savais que Charlotte Bousquet s’intéressait de près au féminisme, à la condition des femmes et plus particulièrement par l’émancipation de celles-ci. Lorsque Sang-de-Lune prenait pour cadre une dystopie, Le jour où je suis partie s’inscrit dans notre réalité. J’avais plutôt apprécié la plume de Charlotte Bousquet la première fois où je l’avais lu, tout en restant sur ma fin car le monde exploré dans Sang-de-Lune aurait mérité pour moi d’être plus exploré et l’intrigue plus approfondie (c’est un souci pour moi avec les littératures de l’imaginaire, quand je ne connais pas un univers à la base, j’ai envie d’en apprendre le plus possible). Ce coup ci elle tape dans le mille avec un récit initiatique qui met en avant une héroïne complexe tiraillée entre son désir de liberté et entre son attachement à sa terre.

En plaçant son récit au Maroc, Charlotte Bousquet, qui semble porter un amour immense pour cette culture, permet de parler de féminisme et des destins de femmes ailleurs qu’en France ou en occident tout en ne faisant pas une échelle des luttes et des problèmes. L’introduction d’un « touriste » français à un moment de l’histoire permet des échanges avec Tidir et un autre éclairage sur le quotidien des marocaines. Même si le sujet peut paraitre lourd et facilement larmoyant, l’auteur ne fait jamais dans le voyeurisme et le tire larme facile pour nous offrir une fiction optimiste malgré les zones d’ombre.

Un très joli roman sur le sujet de l’émancipation des femmes sous forme de quête initiatique.

Le jour où je suis partie sur:  BabelioLivraddictGoodreads

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le jour où je suis partie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :