Lectures

Les petites reines

couv_les-petites-reines

Auteur: Clémentine Beauvais
Éditeur: Sarbacane
Collection: exprim’
304 pages
15,50 euros
roman dès 13 ans

La quatrième de couverture:

À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet. L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!!
Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!!Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée.

Mon avis:

Vous commencez à connaitre tout l’amour que je porte à Songe à la douceur mais il s’agissait seulement du premier roman de Clémentine Beauvais que je lisais. J’ai donc profité de mon passage au salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil pour acheter les petites reines (et non pas me le faire dédicacer car elle était très sollicité et je n’étais pas prête à patienter plusieurs heures juste pour une signature). Je l’ai dévoré dès le lendemain et j’ai encore une fois passé un moment plus qu’agréable.

C’est avec un grand plaisir que nous suivons les aventures de nos trois boudins et du grand frère l’une d’elle dans leur road trip vers l’Élysée. On se prend rapidement d’affection pour Mireille, Astrid et Hakima qui sont réuni à cause d’un malheureux concours mais qui décideront très vite de se serrer les coudes. Une grande part du côté jubilatoire du roman provient de Mireille, pleine d’autodérision et qui après de nombreuses années à broyer du noir, a décidé de prendre sa « situation » avec humour. Elle prend ses deux camarades sous son aile et leur montrera petit à petit comment survivre à l’élection du boudin de l’année.

 Clémentine Beauvais aborde dans ce roman le harcèlement scolaire et le cyber harcèlement par un prisme humoristique qui ne dessert pas pour autant son sujet. Voici la preuve qu’il n’est pas la peine de tomber dans le pathos pour réussir à pointer du doigt quelques dysfonctionnements sociétaux. D’ailleurs le sujet peut être aussi un prétexte pour raconter une jolie histoire et c’est le cas ici. Le harcèlement est un point de départ et c’est aussi l’occasion de parler d’amitié, de premiers émois, de puberté, de liberté, de la famille, d’indépendance, de dépassement de soi…

L’auteure réussi encore une fois à nous offrir un roman extrêmement agréable à lire en s’éloignant des clichés et en proposant une histoire pleinement encrée dans le réel (je vais le répéter à chaque fois je pense).

 

Les petites reines sur:  BabelioLivraddictGoodreads

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les petites reines »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s