Lectures

La maison aux esprits

9782253038047-001-T

Auteur: Isabel Allende
Editeur: Le livre de poche
540 pages
7,60 euros

La quatrième de couverture:

Une grande saga familiale dans une contrée qui ressemble à s’y méprendre au Chili. Entre les différentes générations, entre la branche des maîtres et celles des bâtards, entre le patriarche, les femmes de la maison, les domestiques ainsi que les paysans du domaine, se nouent et se dénouent des relations marquées par l’absolu de l’amour, la familiarité de la mort, la folie douce ou bestiale des uns et des autres, qui reflètent les vicissitudes d’un pays passé en quelques décennies des rythmes ruraux et des traditions paysannes aux affrontements fratricides et à la férocité des tyrannies modernes. La Maison aux esprits, premier roman d’Isabel Allende, tantôt enchanteur, tantôt mordant, a été traduit dans de nombreuses langues et a obtenu le prix du Grand Roman d’évasion 1984.

Mon avis:

A la recherche de romans plus « adultes » et qui me fassent un peu voyager par rapport à mes dernière lectures je suis tombée sur la maison aux esprits d’Isabel Allende. N’ayant jamais lu de littérature chilienne et constatant, d’après la quatrième de couverture, qu’il s’agit là d’un roman fleuve et d’une grande saga familiale, je me suis lancée avec enthousiasme dans cette lecture mais avec un peu d’appréhension face à la densité de l’œuvre (beaucoup de pages, peu de marges et pas d’espace entre les chapitres, autant vous dire que j’avais intérêt à apprécier ma lecture pour ne pas être découragée).

L’auteure nous narre l’histoire de la famille Trueba sur plusieurs générations et en s’intéressant à plusieurs membres de cette famille de leurs naissances à leurs morts pour certains. Parallèlement à l’histoire de ces individus nous découvrons aussi à travers les personnages, l’histoire du pays secoué par plusieurs régimes politiques, crises économiques ou catastrophes naturelles.

Isabelle Allende mêle au réalisme des éléments fantastiques qui donnent un aspect conté à certaines parties du récit. La lecture est fluide et agréable malgré les nombreuses descriptions qui n’ont rien de superflu. Par ailleurs on suit la vie de personnages charismatiques, principalement les femmes de la famille qui sont bien plus attachantes et qui portent l’œuvre sur leurs épaules comme si elles en étaient conscientes. Ces personnages féminins forts ne sont pourtant pas ceux par lesquels nous percevrons le récit car cette histoire est à la fois narrée à la troisième personne et à la première personne à travers le patriarche Esteban Trueba.

J’ai trouvé cette manière de raconter l’histoire très intéressante car elle nous permet de comprendre un peu plus le point de vue d’Esteban qui n’est pas le personnage le plus sympathique de la famille.  Par ailleurs il nous apporte une autre sensation de lecture, comme si nous aussi nous étions à ces moment cernés par ces femmes. Car c’est par le point de vue du mari, du père, du grand père que nous pouvons enfin voir les personnages féminins dans leur importance. Pourtant les autres membres de la famille ne sont certainement pas laissés de côté et on apprendra à connaître chaque enfant, amant, ami, employé…

En général j’ai beaucoup apprécié ma lecture et je ne peux que vous conseiller de lire la maison aux esprits si vous avez quelques jours devant vous, que vous êtes intéressés par l’histoire post-coloniale du Chili et que vous appréciez les grandes fresques familiales.

 

La maison aux esprits sur:  BabelioLivraddict  – Goodreads

Publicités

Une réflexion au sujet de « La maison aux esprits »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s